Découvrir un firmament et m’y déplacer
J’écris ces quelques lignes 1 mois après avoir « terminé » mon accompagnement festen. Terminé entre « . » car je pense que le festen ne se termine pas, c’est une porte ouverte sur des « enfin possibles »…
Cette porte, avant ma rencontre avec Sarah-Jane, ressemblait plutôt à une lucarne… elle n’a pas contredit … mais m’a appris à ouvrir cette lucarne pour y découvrir un firmament et comment m’y déplacer.
Sa patience, sa volonté, ses mots justes, m’ont encouragés, guidés. Sans jugement. En sécurité. Son bonheur à Sarah-Jane, c’est de vous aider à mieux vous connaître, à vaincre vos démons, à vous aimer… et bien d’autres choses encore.
C’est un travail unique et bouleversant.
Merci Sarah-Jane.
Sabine

 

Un des moments les plus intenses de ma vie
Mon expérience du Festen est tout simplement un des moments les plus intenses de ma vie.
Grâce à Sarah-Jane, à sa douceur, sa bienveillance, son écoute attentive, son analyse toujours juste, j’ai pu appréhender ce travail en douceur et en toute confiance.
Je n’ai jamais eu peur d’aller chercher au plus profond de moi tout ce qui bloquait mon être et mon existence.
Grâce à cela et surtout grâce à mon accompagnante, je peux aujourd’hui être fière de moi et du chemin que je donne à ma vie…
Encore merci pour tout.
Virginie

 

Le Festen, c’est un grand nettoyage
Avant de commencer le Festen, j’avais l’impression d’avoir tout fait, tout essayé, je cherchais à l’extérieur ce qui pourrait me « guérir »…. Je me trompais, je l’ai compris dès le début du travail.

Du brouillard où je me trouvais, grâce à mon accompagnante, avec toute sa justesse, sa  délicatesse et aussi parce qu’elle ne m’a pas lâchée et m’a soutenue à 100 %, j’ai pu ouvrir les yeux et mon coeur.
Le Festen, c’est un grand nettoyage de ce qui nous encombre et c’est une méthode qui donne des clefs et des outils, alors il ne tient qu’à nous de les mettre en pratique. Mon accompagnante m’a guidée pas à pas et elle m’a donné ces clefs pour manifester une nouvelle version de moi-même.
Je peux dire que même si j’avais l’impression d’avoir tout fait, je n’avais pas fait l’essentiel.
Agathe