D’une manière ou d’une autre, il y a de fortes chances que vous ayez manqué d’amour durant votre enfance. Comme vous ne pouviez accepter la réalité de ce manque, vous vous êtes accusé de ce que vous subissiez. Pour cela, vous avez construit un mensonge du genre : « Je ne mérite pas l’amour, je ne mérite pas d’être aimé. »

En faisant cela, vous conserviez l’illusion de l’amour. Cela vous a conduit à mendier cet amour, à vouloir combler ce manque, boucher ce trou en vous. C’est pour cette raison que vous voulez avoir de l’amour. Vous désirez cet amour pour guérir une blessure en vous, en conséquence, l’autre est plus un docteur ou une nourrice qu’un amoureux…

Vous le remarquez en fonction des différents scénarios que vous vivez : vous pensiez avoir trouvé l’amour et puis rapidement, vous vous ennuyez ; l’autre vous quitte et vous vous effondrez ; vous pensez la relation en terme de durée, vous voulez l’assurance que cela dure toujours ; vous vous sentez blessé si l’autre ne vous donne pas l’amour tel que vous le voulez ; si l’autre vous blesse, vous avez envie de le blesser à votre tour, etc.

Vous êtes dans l’amour avoir. Deux inconscients (la partie inconsciente de votre mental) se parlent et cherchent mutuellement la guérison en comblant le manque.

En vérité, ce que vous recherchez dans l’amour avoir, c’est de créer une super zone de confort où rien n’arrivera plus de mauvais. Vous voulez être sauvé : après cela, plus rien de mal ne vous arrivera, croyez-vous.

Qu’est-ce que l’amour être ?

Pour répondre à cette question, il faut tout d’abord en poser une autre : si l’on pouvait vous faire une ablation du mental, que resterait-t-il ?

Selon les langages, on l’appelle l’intuition, le cœur, le Soi, certains l’appellent l’âme, etc.

Cette partie de vous est difficile d’accès car elle se trouve hors de votre mental, mais lorsque vous y accédez, vous avez l’assurance qu’elle vous dit la vérité ! Une intuition est toujours juste. C’est sa définition même.

Elle se présente de façon subtile et votre mental peine à la percevoir car il est branché sur sa mission survie. Pour lui, il est vital que vous receviez de l’amour, c’est ce que nous avons vu au chapitre précédent.

L’amour avoir, ce sont deux inconscients en survie qui font affaire ; l’amour être, ce sont deux Soi qui se rencontrent. Il n’y a aucune attente, aucun vouloir puisque vous savez au plus profond de vous-même que l’autre est cet amour. Nous pourrions décrire deux personnes dans l’amour être comme deux spirales qui s’élèvent et s’enroulent l’une autour de l’autre, sans que jamais l’une ne s’appuie sur l’autre. Lorsque vous connaissez cet état d’être, vous donnez de l’amour tout simplement parce que vous ne savez pas faire autre chose. Vous irradiez l’amour à chaque instant. Vous n’avez aucune attente, vous donnez, vous donnez, vous donnez.

Bien sûr, si l’autre vit aussi ce même amour, les deux reçoivent de l’amour, non parce qu’ils veulent en avoir… mais parce qu’ils en donnent.

Pourquoi existe-t-il encore des confusions entre les deux types d’amour, même chez les personnes qui ont fait un travail personnel sur la question ?

Lorsqu’une âme est désincarnée, elle n’est ni homme ni femme. L’âme n’est aucunement polarisée : ni plus, ni moins, ni masculin, ni féminin. On pourrait dire qu’elle est au point zéro.

Lorsqu’elle s’incarne, elle se polarise. Homme ou femme. Pourtant, et c’est là le paradoxe, il est impossible de n’être que l’un ou l’autre. Imaginez une pile électrique avec un seul pôle ! De la même façon, vous avez donc en vous les deux pôles. Cela signifie qu’il y a en vous un point zéro. Lorsque vous atteignez ce point, lorsque vous le devenez, vous vous éveillez, vous connaissez l’état de bouddha. La polarité est donc une illusion et pourtant… elle est réelle ! Tel est le paradoxe.

Il existe une voie royale pour reconnecter ce point zéro, c’est la relation sexuelle. Le tantrisme est l’école de cette voie. Pour quelle raison croyez-vous que les religions ont codifié, voire diaboliser le sexe ? Pour obliger les êtres humains à passer par elles pour retrouver Dieu. Si une église veut vivre, quelle qu’elle soit, elle ne va pas vous dire : « Dieu est en vous, retrouvez-le en faisant l’amour ! »

Sur cette voie royale, il y a l’amour être. Cette union, ces retrouvailles de deux Soi, c’est la mécanique du yin qui retrouve le yang. Le cercle est reformé, complété. Ainsi, par le truchement de l’autre, vous pouvez connaître la complétude. En en faisant l’expérience par ce biais-là, vous pouvez reconnecter votre propre centre, votre point zéro, l’unité en vous.

Il y a donc en vous cette aspiration à la complétude. Cette envie profonde de rencontrer l’élu(e). The one. Vous comprenez qu’il est très aisé pour votre mental de surfer sur cette envie profonde pour y plaquer le besoin de combler ce dont vous avez manqué enfant. Vous croyez être équilibré et rechercher l’âme sœur… mais qu’en est-il dans la réalité ?

Eh bien, reprenez les questions du début. Si vous êtes dans l’amour être, vous n’avez absolument pas besoin de l’autre. Qu’il soit là ou non, il ne vous manque pas car vos deux Soi ne sont jamais séparés.

C’est une autre déclinaison du paradoxe qu’il vous faut accepter pour progresser : lorsque votre mental est aux commandes (c’est-à-dire vous, votre personnalité, votre ego).

Vous êtes seul au monde. Lorsque c’est votre Soi qui conduit votre vie, vous êtes toujours en connexion (c’est la raison pour laquelle la communication ne possède pas d’opposé, c’est la seule chose non duelle. Il est impossible de ne pas communiquer).

Lorsque vous pensez, lorsque vous réfléchissez, prenez conscience que c’est votre mental qui est aux commandes. C’est votre vie de tous les jours. Alors, dans votre quotidien, acceptez d’être seul au monde. Vous ne trouverez jamais personne qui viendra combler cette solitude ; vous êtes juste dans l’illusion de penser pouvoir combler un vide immense en vous. Si vous avez besoin de l’autre, c’est que vous avez un petit enfant traumatisé à guérir en vous. Descendez au plus profond de vous et trouvez-le.

Crédit image : Unsplash / Greg Razoky