Comment se libérer

Pour se libérer de la prison de ses propres angoisses, André Charbonnier a conçu la technique de la cérémonie de libération qu’il a nommée le «Festen», en hommage au film de Thomas Vinterberg.

Toutes les informations sont sur le nouveau site internet de l’institut Festen. 

>> A voir en cliquant ici

Voici un bref résumé de la méthode qui permet de se représenter la base sur laquelle repose cette cérémonie de libération.

Le mental

Qui sait vraiment ce qu’est le mental ? On connaît ce mot en tant qu’adjectif, comme dans l’expression «capacités mentales» mais en tant que nom, le mental, qu’est-ce que c’est, vraiment ? Le dictionnaire nous dit : «Ensemble des dispositions psychologiques de quelqu’un». Difficile de se représenter un ensemble de dispositions… Comment un ensemble de dispositions peut-il exister concrètement ?

Pourtant, le mental existe réellement (bien sûr) ! Pour vous le représenter, il est utile de le voir comme un disque dur d’ordinateur… et tout à la fois comme un logiciel. Ce qui se grave sur ce disque dur, ce sont des pensées. Votre mental est constitué de pensées. Elles sont organisées de façon si complexe qu’elles finissent par former une personnalité qu’on appelle l’ego. Pour plus de compréhension, je vous renvoie à mes livres.

Votre mental s’est vu confier deux missions :

>> Vous permettre d’être au monde

Pour cela, vous avez appris à nommer votre monde. Si vous regardez la civilisation humaine, elle a passé son temps à donner un nom aux éléments qui l’entourent. A partir de là, vous apprenez comment interagir avec le monde. La partie «donnée», c’est le disque dur ; la partie «interagir», c’est le logiciel.

>> Votre survie

La partie «animale» de votre mental est chargée de votre protection au niveau réel. Elle est programmée pour réagir de façon binaire aux dangers : la fuite ou l’attaque.

Une partie plus sophistiquée que j’appelle «le logiciel survie» est chargée d’une autre mission : votre protection au niveau symbolique. Pour comprendre le détail de cette mission, il vous sera nécessaire de consulter mon livre Festen Mode d’Emploi. Pour en exprimer l’essentiel, sachez qu’au niveau symbolique, vous avez inscrit le besoin absolu de sécurité et d’amour (tout simplement parce qu’à votre naissance, vous étiez en dépendance totale de vos parents pour les obtenir). Le logiciel survie veille à ce que vous les ayez à chaque instant de la part de vos parents. Lorsqu’un de vos parents est défaillant – et que par conséquent vous manquez d’amour ou de sécurité –, vous êtes face à un danger très profond puisque vous manquez de ce dont vous avez absolument besoin.

Votre mental va vous faire croire que votre parent n’est pas défaillant en vous accusant vous-même de ce que vous subissez. Pour cela, vous créez un mensonge. Par exemple : «Si papa me frappe, c’est de ma faute, c’est que je le mérite. »

Le mental crée vos peurs pour vous protéger

Chaque fois que vous vous accusez de ce que vous subissez, chaque fois vous créez une peur. Par exemple, si votre mère vous a crié dessus quand vous étiez petit parce que vous aviez cassé quelque chose, vous vous êtes accusé parce que l’amour de votre mère disparaissait à ce moment-là : «Si maman ne m’aime plus, c’est parce que je fais mal les choses.» En inventant ce mensonge, vous construisez la peur de ne plus recevoir l’amour de votre mère si vous faites mal les choses ! Si la chose se répète, vous allez l’inscrire en vous comme une nouvelle certitude : vous devez bien faire les choses pour recevoir de l’amour ! Et vous voilà obligé de faire ce que vous dicte votre peur.

Comment croire à vos mensonges ?

Un petit enfant ne peut croire qu’il est mauvais, tout simplement parce qu’à l’intérieur de lui, il n’est que pureté. Pour y parvenir quand même, il va s’appuyer sur un fait terrible et désolant : si sa mère manque d’amour, c’est qu’une partie d’elle n’aime pas son enfant ! Si elle aimait son enfant à 100 %, elle ne serait que amour. L’enfant va transférer cette partie de sa mère en lui ; il prend ce morceau «qui ne l’aime pas», qui devient comme une sorte de relais à l’intérieur de lui, au niveau symbolique. Après cela, il ressent à l’intérieur de lui cette indignité.

À chaque fois que vous avez subi un manque d’amour ou de sécurité, vous vous êtes accusé de ce que vous avez subi ; vous avez pris un morceau de vos parents, vous l’avez déposé à l’intérieur de vous. Et ce sont ces morceaux qui dirigent votre vie ! Vous croyez être libre ? Vous croyez que vous prenez les décisions ? Vous êtes très loin de la réalité.

La cérémonie

Voulez-vous récupérer votre souveraineté ? Plus simplement, voulez-vous cesser d’aller à l’encontre de votre bonheur ? Voulez-vous prendre les décisions qui vous conduiront à votre réussite ? Pour cela, vous devez rendre les morceaux que vous avez pris à vos parents afin de pouvoir croire à vos mensonges.

Vous réaliserez cela lors de votre cérémonie de libération.

Après la cérémonie

Imaginez votre vie libre, débarrassée de vos angoisses ou de votre confusion, choisissant la vie qui vous correspond (le compagnon ou la compagne qui vous corresponde réellement…) Cela est possible en réalisant ce travail de libération. Vous vivrez ces instants comme une profonde prise de conscience, ce sera comme une révélation… Vous réaliserez que vous viviez dans une prison dont vous ne voyiez pas les murs !

Vous vous sentez plus léger. Les choses qui vous atteignaient ne vous touchent plus. Vous êtes beaucoup plus conscient de ce qui vous entoure. Vous êtes beaucoup plus conscient de ce que vous ressentez. Le monde est plus coloré, plus «présent». Et tout à la fois… Vous vous sentez bizarre… Eh oui, vous venez de perdre deux gros morceaux de vous qui vous envahissaient (et vous commandaient !) depuis très longtemps.