arbre-realite

Ce à quoi je porte attention devient ma réalité

J’ai expérimenté récemment un petit test sur Internet. Il était demandé de compter le nombre de danseurs qui apparaissaient au fil d’une vidéo. A la fin de la vidéo, la question posée était : «avez-vous vu l’ours ?» Quel ours ? Je visionne à nouveau la vidéo : effectivement, y figure bien un ours qui, tranquillement, traverse la scène en arrière plan !

Mon regard était tellement concentré sur une tâche que j’avais perdu tout le reste de l’action.

Il en est ainsi de toute notre vie. Nous focaliser sur un aspect nous conduit à perdre de vue l’ensemble du tableau. Ainsi, si je me concentre sur une injustice que je viens de subir de la part d’un proche, je perds de vue l’ensemble de ma relation avec lui, son amitié, son amour, notre complicité…

Pareillement, le reste de notre vie, de notre environnement, a totalement disparu : tout ce qui me réjouit, anime mon quotidien mais aussi tous les enseignements qui m’ont enrichis, toute ma sagesse. Ne demeure que l’injustice : l’arbre qui cache la forêt.

Restons ouverts sur le monde, avec un objectif grand angle. Relativisons car rien n’est absolu, rien n’existe en soi, extrait de l’ensemble. L’injustice que je viens de subir fait partie d’une équation plus large.

D’un point de vue plus élevé, nous sommes assurés de prendre une décision beaucoup plus juste.

Nous pouvons même, de cet endroit culminant, déterminer notre humeur car il nous est possible de descendre la focale sur un autre endroit du tableau. Je peux choisir de me concentrer sur tous les bons moments que j’ai passés avec cette personne, sur le lien profond qui nous unit. Immédiatement, je remonte vers les émotions positives… ce qui me permettra de régler ce différend de façon beaucoup plus intelligente.

Somme toute, en procédant ainsi, nous choisissons d’aller bien ou d’aller mal. En constatant que ce à quoi nous portons attention devient notre réalité, nous reconnaissons qu’une partie de notre bonheur relève de la décision.

Et vous, qu’allez-vous décider ?

Crédit image : Yu-Chuan Hsu